La grande distribution a connu au début du confinement de mars dernier une arrivée massive des consommateurs dans les rayons. Conséquence, des rayons vidés et une chaîne d’approvisionnement qui a connu quelques difficultés. En Angleterre, les enseignes de la grande distribution anticipent et ont décidé de limiter les achats pour éviter les pénuries.

La hausse constante des cas de Covid19 complété aux récentes mesures de restrictions dans certaines régions de France a de quoi alerter. La crainte d’un second confinement est bien réelle. Si les enseignes de la grande distribution connaissent désormais l’impact d’une nouvelle décision en ce sens, la crainte est réelle.

De nombreuses enseignes au Royaume-Uni ont annoncé cette semaine la mise en place d’un rationnement sur certains articles. Selon The Guardian, la crainte d’un confinement a provoqué une augmentation de 23% des ventes de papier-toilette la semaine dernière. Le constat est sensiblement le même sur les conserves et les pâtes.

Il n’est pas sans rappeler que le Brexit cloisonne également les frontières et les connexions avec les autres pays européens. La situation est plus complexe pour le pays que pour d’autres pays européens. Le Royaume-Uni est concerné par les difficultés et retards d’approvisionnement.

Un rationnement sur les produits de première nécessité

L’enseigne Morrissons est la première enseigne à rétablir un rationnement. L’enseigne limite en effet déjà à trois unités maximum l’achat de papier-toilette, de produits désinfectants ou encore de savons. Morrissons étend la restriction sur les produits alimentaires vendus en grand format comme la farine, de riz et d’huile : « Nos niveaux de stock de ces produits sont bons, mais nous voulons nous assurer qu’ils sont disponibles pour tout le monde », assure toutefois le porte-parole de l’enseigne.

La décision est similaire du côté de Tesco qui limite aussi à trois unités l’achat de masques, de lingettes antibactériennes, de gel hydroalcoolique, de papier-toilette, de farine et d’œufs. Bien que l’enseigne reconnaît que la chaîne logistique n’est pas perturbée, la mesure est pour le moment préventive.

Les enseignes Adsa et Aldi suivent et annoncent qu’elles comptent adapter les rationnements en fonction des achats des consommateurs. Le directeur général de l’enseigne Aldi au Royaume-Uni insiste auprès des clients qu’ « il n’est pas nécessaire d’acheter plus qu’ habituellement […], nos magasins sont toujours bien approvisionnés ».

La démarche est pour le moment simplement préventive. Les enseignes de la grande distribution appellent au calme et invitent les consommateurs à continuer à faire leurs achats normalement.

Les consommateurs anglais pas inquiets pour le moment

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont déjà remarqué des manques de produits, mais sans toutefois céder à l’inquiétude sur les éventuelles difficultés d’approvisionnement : « il y avait un manque de produits dans les rayons de papier toilette à Sainsbury la nuit dernière. Mais c’est peut-être normal à l’approche de la fermeture, je n’en ai pas acheté depuis des mois, donc je ne surveille pas la situation de près », reconnaît un internaute.

Ils sont nombreux également à se féliciter de ces mesures : « tous les supermarchés devraient faire en sorte que vous ne puissiez acheter qu’un nombre limité d’articles », approuve cette cliente qui regrette le comportement de certains clients qui sortent du magasin avec des caddies « qui débordent ». Un autre client applaudit la démarche en observant que certains clients réalisaient des « achats de panique ».