À Saint-Denis, en région Parisienne, une salariée de l’enseigne Carrefour est morte ce jeudi après avoir été contaminée par le Covid-19.

La salariée, âgée de 52 ans, est morte du coronavirus. Elle s’appelait Aïcha. Déléguée CGT et caissière, elle était en arrêt-maladie depuis le 17 mars. Le magasin avait entièrement désinfecté après sa contamination.

Au sein du magasin Carrefour, une cellule psychologique a été mis en place auprès des équipes. Elle est la première caissière recensée comme décédée du coronavirus.

Une cagnotte a été mise en place pour financer les obsèques.

« C’était ma collègue » nous explique l’une d’elle, « je bossais avec elle depuis 12 ans…, je suis effondrée… »

Un deuxième décès

Les professionnels de la grande distribution sont au front, « en deuxième ligne » pour reprendre les propos du Président de la République, Emmanuel Macron. Fortement exposés, les magasins mettent tout en oeuvre pour assurer la protection des salariés en les approvisionnant de gants, de masques, de gels hydroalcoolique ou encore des plaques de plexiglas.

Ce second décès fait suite à un premier mort d’un agent de sécurité au sein de l’enseigne Auchan, toujours en région parisienne, en Seine-Saint-Denis.

Dans de nombreux magasins, les arrêt-maladie se succèdent par crainte de suspicion de contamination du Covid-19. De nombreux salariés s’interrogent sur leur droit de retait.

« Les magnats de la grande distribution doivent cesser de faire leur loi . Seuls les rayons alimentaires doivent rester ouverts et les salariés être protégés ».

Stéphane Peu, Député de Seine-Saint-Denis

Des craintes pour la sécurité des salariés

Malgré les craintes de contamination, les patrons d’enseigne de la grande distribution continuent de rassurer les salariés. Des primes sont annoncées dans certains magasins.

C’est quand même compliqué d’expliquer que l’on va mettre quelques milliers de milliards d’€ pour sauver les entreprises et que dans le même temps on ne peut pas doubler le salaire d’une caissière d’hypermarché à 800€ qui va se faire postillonner dessus pendant 8 heures.

Xavier Alberti

Source : BFMTV