La semaine passée, un supermarché au Brésil a connu l’horreur. Des racks de stockage se sont effondrés dans un effet domino dévastateur causant la mort d’une des employées du magasin. Les images impressionnantes montrent l’ampleur des dégâts.

Le drame dans un supermarché au Brésil. Vendredi dernier, le supermarché Mateus Atacarejo Mix à São Luís, au nord du Brésil, a connu l’horreur. L’effondrement de racks de stockage a causé la mort d’Elane de Oliveira Rodrigues. La jeune femme avait 21 ans.

Les images de vidéosurveillance sont impressionnantes. La scène montre la violence à laquelle les étagères, de plusieurs mètres de hauteur, s’effondrent les unes sur les autres. C’est sous les décombres que la jeune femme a été retrouvée. Au mauvais moment, au mauvais endroit, elle remplissait les rayons du supermarché. 

Les causes de l’accident en suspens

Si les caméras de surveillance ont capturé l’effondrement des racks de stockage, les causes de l’accident sont encore à élucider. Selon les premières hypothèses, un choc causé avec un fenwick aurait fragilisé les racks et provoqué leur effondrement. Une enquête doit confirmer.

À la fin de l’effondrement qui a retenti comme un bruit sourd dans l’enceinte du magasin, les clients et membres du personnel se sont rués près des décombres pour secourir les potentielles victimes. Les sauveteurs ont été nombreux à chercher les victimes qui se signalaient grâce au son de leur téléphone portable.

Sur les réseaux sociaux, l’accident a beaucoup attristé

Un accident en France serait plus difficile à imaginer : « cela reste très rare grâce à la sécurité et au contrôle des racking plus strictes à cause des normes françaises », insiste ce responsable logistique, « une vérification des racks quotidiennement permet d’éviter la même chose en France ».

Un accident qui rappelle qu’en France, les normes sont exigeantes.

«  En France, être cariste ne s’improvise pas. Il y a une formation obligatoire tous les ans et il y a des normes comme l’interdiction de raquer de la marchandise en présence du public », explique un formateur, « de plus, un rack doit pouvoir résister à une surcharge à 1,5 fois sa capacité. Un rack prévu pour 10 tonnes doit résister à 15 tonnes… Jamais un fenwick n’apporte un choc d’une telle surcharge (un choc équivaut 5 tonnes). Donc même dans un magasin Métro en France, ça n’arrive pas ».

Au Brésil, le drame suscite beaucoup d’émotions.