Porter le masque en entreprise n’a rien de très agréable pour de nombreux professionnels. En grande distribution, comme dans d’autres lieux clos, le Masque rendu obligatoire aussi bien pour les clients que pour les professionnels. Nombre d’entre eux nous ont confié à quel point était difficile de travailler avec un masque au quotidien.

Le port du masque en entreprise a été rendu systématique depuis le 1er septembre dernier. Toutes entreprises confondues, des bureaux à l’industrie en passant par les métiers du commerce, le port du masque elle souvent vécu comme une contrainte au quotidien.

De nombreux professionnels nous ont confié à quel point il était très confortable de travailler avec un masque à longueur de journée. Du « on finit par s’habituer »  en passant par du« mal à respirer » à «insupportable», les avis divergent concernant le port du masque au quotidien.

Néanmoins, à l’heure où les contaminations semblent s’accélérer, le port du masque reste une mesure de prévention pour ralentir la propagation de l’épidémie Covid19. La consigne est respectée pour nombre d’entre eux.

Le port du masque, une habitude à prendre

Entre les aller-retour en rayon, le port de charge lourde, le travail de manutention, porter un masque quand on est employé en grande distribution n’a rien de très confortable. « Ce n’est pas évident, mais on s’y habitue », commente cette employée de rayon. 

Parmi les personnes interrogées, de nombreux employés finissent par accepter la mesure à s’y accoutumer : « On s’y habitue ! », accepte l’un deux tout en reconnaissant que ce n’est « confort du tout. Ce sera un grand soulagement le jour où on pourra l’enlever ! ».

Le port du masque fait partie intégrante de l’accessoire indispensable aux métiers du commerce. Les professionnels ont fini par s’adapter à la mesure : « on s’adapte, on le porte depuis le mois d’avril chaque jour et sans interruption. C’est un geste de prévention devenu indispensable si on veut se protéger soit et protéger les clients », reconnaît un responsable.

Le masque reste une contrainte au quotidien

Malgré les habitudes bien ancrées dans le quotidien des professionnels, force est aussi de constater que le métier devient beaucoup plus difficile avec : « porter le masque est très pénible surtout dans les rayons frais » où la température des rayons et la température retenue par le masque rendent le travail plus compliqué.

Les employés des rayons semblent ceux qui s’adaptent le plus difficilement à la contrainte : « Au traiteur traditionnel, quand on cumule des activités comme la plonge et les allers venus du frigo au rayon, il impossible de garder ses lunettes. Cela entraîne des migraines », explique cette autre employée, « à longueur de journée, les masques  deviennent trempés et là ça devient très désagréable », raconte-t-elle. « Ça finit par être épuisant », explique un autre employé d’un rayon frais.

Dans d’autres rayons, comme le liquide, le constat est le même. Le port de charges lourdes et les nombreuses tâches de manutention provoquent les mêmes effets de sueur : « il donne donne beaucoup trop chaud », explique cet employé en charge du rayon liquide, « quand on traverse tout le magasin avec des palettes, le masque donne des sueurs. C’est difficile, mais on fait avec », commente un autre membre de la communauté.

Autres caractéristiques liées au port du masque, la productivité. Cette dernière semble avoir été réduite : « le masque tient chaud, ça gratte, ça fatigue plus aussi », explique cet employé tout en constatant d’avoir « un rythme un peu moins rapide qu’avant ». Nombre de professionnels assurent parfois d’aller « chercher de l’air ans la réserve », là où certains s’autorisent à baisser le masque « pour respirer de l’air frais ».

Le port du masque et les problèmes qui vont avec

Comme beaucoup de professionnels, le port du masque est beaucoup moins évident pour les personnes fragiles ou qui connaissent des allergies. Ce dernier accentue encore plus la contrainte et craint des complications.

Les personnes allergiques semblent particulièrement exposées : « je souffre d’allergies », raconte cette hôtesse de caisse, « depuis plusieurs semaines j’enchaîne les rhums, c’est très désagréable d’autant qu’on n’est toujours autorisé à se moucher devant les clients », regrette-t-elle.

Les problèmes de peau font également leur apparition : « bonjour l’acné », regrette cette autre hôtesse de caisse, « ma peau en a pris un gros coup. J’ai déjà la peau sensible de base avec une acné légère, mais depuis le port obligatoire c’est l’enfer et vu que je ne supporte pas les jetables car la matière m’irrite. »

Le port du masque ne fait hélas pas l’unanimité dans les entreprises. Pourtant, la consigne est clairement respectée par les professionnels. Pour se convaincre, d’autres se mettent ironiquement en tête d’être « un chirurgien de la grande distribution », ça rappelle le rôle des professionnels de la grande distribution dans le ralentissement de la propagation du virus avant que ce dernier ne soit des foyers de contamination.