Après la fromagerie végane, Thibaut Jouault a décidé de se lancer dans l’aventure végétale à Pontchâteau. L’activité ayant démarré il y a pourtant peu, le jeune entrepreneur voit bien au-delà de la Loire-Atlantique.

Fraichement basée à l’ouest de Nantes, Kokiriki est pourtant une entreprise bretonne créée à Sulniac il y a 3 ans par Thibaut Jouault. Après la réussite de sa startup All in Foods, depuis vendu, le Ligérien se lance un nouveau défi dans la fabrication de charcuterie végane. Grâce à deux années de R&D, Kokiriki propose aujourd’hui une large gamme de produits véganes pour développer de nouvelles habitudes de consommation à base de plantes.

Des engagements puissants pour un produit sain

Chez Kokiriki, on constate avant d’agir. S’appuyant sur des études sérieuses, la jeune startup détermine à 15%, la responsabilité de la déforestation sur l’ensemble des émissions de carbone, et donc acteur dans le processus de réchauffement climatique. C’est pourquoi elle s’engage à travers son action, à diminuer sa part de déforestation dans sa chaîne d’approvisionnement. Cela se traduit par l’utilisation par exemple de cartons et d’emballages recyclés et recyclables ou encore la mise en place de normes pour réduire drastiquement les OGM et les allergènes. C’est donc en proposant une alternative végétale que Thibaut Jouault compte attirer de nouveaux adeptes. Tout ce processus est possible en privilégiant l’utilisation d’extraits naturels de légumes ou de fruits ainsi que des ingrédients aromatiques peu transformés.

Parmi les engagements que veut faire connaître la marque, figure le respect du bien-être animal, pierre angulaire du projet Kokiriki, puisque leurs produits sont 100% végan. Tout comme la préservation de l’écosystème par la mise en avant de la proximité avec ses partenaires par la provenance d’une grande majorité d’ingrédients de France, ce qui permet par ailleurs de réduire l’empreinte carbone.

Aujourd’hui, l’intégralité des recettes produites à Pontchâteau est fabriquée à partir de produits 100% végétal dans le but de s’inscrire dans le souhait d’une clientèle qui ne cesse de croitre. En France, ces Veg seront vendus dans des barquettes de 200 grammes via différentes manières. Tout d’abord sur son site internet, comme c’est le cas depuis quelques semaines, chez des restaurateurs ainsi que chez des industriels qui voudraient proposer des plats préparés comme des pizzas véganes. Pour cette fin d’année, Kokiriki espère collaborer avec les acteurs de la grande distribution ainsi que dans des magasins spécialisé végan et végétal.

Objectifs : exporter, s’agrandir, recruter!

Le marché Français reste la priorité de Kokiriki. Néanmoins, Thibaut Jouault entend s’exporter à l’étranger, notamment en Europe du Nord et Outre-Manche, où 7% des Anglais sont végane et surtout au Moyen-Orient où la population majoritairement musulmane ne mange pas de porc. Cette volonté de s’exporter s’accompagnera évidemment par l’agrandissement de l’entreprise. Livrant depuis début avril, les Veg de Pontchâteau tablent déjà sur une possible augmentation de la demande de leurs produits par un projet d’extension de leur bâtiment. Cette crédibilité n’est désormais plus à remettre en cause, puisque l’État lui-même s’engage auprès de Kokiriki dans le cadre du programme France Relance. En effet, les loirains sont éligibles à l’aide des pouvoirs publics, tout comme 29 autres startups à travers la France.

À moyen terme, la direction de Kokiriki entend recruter du personnel pour faire face à l’afflux d’une clientèle toujours plus friande des Veg proposés. Après avoir beaucoup investi dans la recherche et développement ces 2 dernières années, ce sont des emplois stratégiques comme dans la logistique et le marketing, ainsi que des emplois de premier plan, tels des opérateurs de production ou des chefs de ligne, ce qui permettrait de passer d’une dizaine de salariés à près de 50 d’ici la fin de l’année.

C’est donc grâce à ce lourd investissement en R&D que la société ligérienne va pouvoir embaucher. Il a en effet permis de mettre au point une gamme de charcuteries végétale variée et soucieuse des besoins du consommateur. Parmi ce tiercé, du jambon, du salami, du pâté de foie, du chorizo, de la mortadelle, et des rillettes. Tout ce panel bien évidemment 100% végétal, sans allergène, et issus de matières premières à 90 % d’origine française. Pour Thibaut Jouault, cet investissement est gagnant parce l’ensemble des études montrent aujourd’hui une véritable appétence pour le végan, en parti par une prise de conscience du client sur son modèle de consommation, sur le bien être animal et sur le respect de l’environnement dans lequel il vit. Outre la création d’emplois, les équipes de Kokiriki compte bien innover et développer l’offre existante. C’est d’ailleurs ce qu’ils font actuellement avec le lancement récent du croque Veg-Picnic, présenté il y a 15 jours sur leurs réseaux sociaux. Fléxitariens, végans ou simples curieux, il y en a pour tous les goûts !

Lire aussi : Ammi, la start-up food qui veut rendre la consommation de spiruline plus attractive