Les patrons d’enseignes avaient pourtant invité les consommateurs à ne pas se ruer dans les magasins. Que les stocks sont là. Visiblement les clients n’ont aucunement retenu la leçon du printemps. Christophe, un responsable HQC de magasin, celui de Cora Dreux, a diffusé une vidéo qui a largement été relayé sur les réseaux sociaux.

15 000 likes, 64 000 partages et plus de 6000 commentaires, et sans doute quelques millions de vues plus tard, la grande distribution exprime au lendemain de l’annonce du second confinement son désarroi vis-à-vis des actes égoïstes des clients dans les magasins.

Quand certains pensaient que les magasins n’allaient pas connaître les mêmes scènes de rayons vides et de queue en caisse, il n’en est rien. On a retrouvé les mêmes scènes du printemps dernier. Au regret des patrons d’enseignes qui avaient tenu à rappeler qu’il y avait du stock dans les magasins.

Le coup de gueule de Cora Dreux

Sur les réseaux sociaux, le responsable HQC du magasin de Cora Dreux a exprimé son mécontent vis-à-vis des comportements irrespectueux des clients. Un vrai coup de gueule qui a le mérite d’être largement relayé.

En fin de journée, la réaction ne s’est pas fait attendre. En reconnaissant que la journée « n’était pas évidente pour tous le monde », le responsable a rappelé qu’il y avait du stock et qu’il n’était pas nécessaire de prendre des produits en grande quantité : « ça n’a malheureusement pas été respecté par beaucoup d’entre vous », regrette-t-il tout en précisant que le magasin « se retrouve en pénurie sur certains produits, des caisses surchargées, du temps d’attente, un drive débordé… ».

À l’écran, le responsable pointe également du doigt les caddies pleins abandonnés, un constat « effarant », dénonce-t-il. Il interpelle en effet directement les clients à l’écran en les félicitant pour leur comportement : « bravo aux clients encore avec leur manque de civisme et de respect envers les employés qui vont devoir tout remettre en place demain ». Il insiste également sur la quantité de produits frais destinés à être jetés qui auraient pu « être donnés à des associations ».