Ne plus avoir de produits périmés dans son rayon est un peu le rêve presque irréalisable de chaque chef de rayon évoluant dans les produits frais. Des solutions numériques existent et remplacent les bons vieux calepins et agendas.

La gestion des DLC fait partie du quotidien des professionnels des rayons frais. Chaque professionnel d’un rayon frais a en la pleine responsabilité. Lutter contre le gaspillage alimentaire et ne plus avoir de périmé dans les rayons, c’est faire preuve chaque jour d’une rigueur et d’une organisation à toute épreuve. 

Agenda, papier et crayon : les bonnes vieilles méthodes traditionnelles

Au quotidien, nombre de chefs de rayon et d’employés ont encore recours à des méthodes traditionnelles, somme toute très efficace, mais ô combien chronophage. Ces derniers effectuent des relevés manuellement, produit par produit, pour vérifier si les produits correspondent encore à la charte fraîcheur dictée par le magasin : « si les rotations sont bien faites, nous contrôlons tous les jours. Ça prend du temps mais c’est fiable », précise cette employée.

D’autres responsables ont mis en place une autre organisation : « je note le produit sur un agenda pour vérifier si les produits arrivent bientôt à date » explique ici ce chef de rayon frais adepte encore de la méthode traditionnelle : « tous les produits y sont notés et je fais faire contrôle de date par un second salarié. Le regard neuf est essentiel ! », assure-t-il.

Pour compléter cette méthode papier, certains magasins appliquent même « des pastilles rouges à poser sur les étiquettes pour se rappeler des dates courtes » selon cet autre employé.

D’autres professionnels recourent au MSI (ou Scan ou MSI selon les enseignes) : « j’utilise le MSI : une fois par semaine, je scanne tous les produits, j’indique la quantité, la date et j’édite une feuille de casse », explique l’un d’eux, « le jour J, ça prend du temps, mais le reste de la semaine il me suffit simplement de faire une ronde. En général, on se fait peu surprendre par les dates courtes » tout en concédant que « cela provoque certains loupés sur des produits quand deux livraisons sont très rapprochées », témoigne ce responsable considérant que la méthode reste perfectible.

Des rayons anti-gaspi devenus « des rayons à part entière »

Mais repérer les DLC dans les rayons ne suffit à résoudre la casse dans les rayons. Depuis plusieurs années maintenant, les rayons consacrés aux produits à dates courtes fleurissent dans les rayons. Ces emplacements sont « devenu des rayons à part entière qui séduisent de plus en plus les consommateurs », assure ce chef de rayon.

Ici, « les produits sont retirés des rayons, font l’objet d’une réduction anti-gaspi de -30% et sont placés dans des espaces dédiés », raconte ce responsable, « en fonction du volume de références, nous faisons aussi le choix de donner directement aux associations ».

Le pari audacieux d’arriver à Zéro DLC en rayon avec Zéro Gâchis

Qu’on se le dise, tendre vers un rayon avec zéro casse relève d’une sacrée performance : « un rayon avec zéro casse, ça n’existe pas », indique ce professionnel expérimenté, « d’une part parce qu’il y a des paramètres qu’on ne maîtrise pas toujours : le succès d’une promotion, la météo, les nombreux imprévus dans les rayons, etc » concède-t-il.

Pourtant l’enjeu est de taille ! L’image du magasin en dépend. Avec le déploiement d’outils numériques, des solutions existent aujourd’hui sur le marché pour faciliter le quotidien des professionnels des rayons.

La start-up bretonne Zéro Gâchis, baptisée récemment Smartway.io, a mis en place une solution pour aider les professionnels à repérer les produits à dates courtes. La solution permet de « ne contrôler que les produits arrivant charte fraîcheur », selon son co-fondateur Christophe Menez. Le processus de contrôle des dates est « quatre fois plus rapide que les méthodes traditionnelles », ce que confirme ce chef de rayon d’un Intermarché Nantais 

« Depuis la mise en place de la solution, il n’y a plus du tout de périmés »

Mickaël Gaultier, Adhérent E.Leclerc Flers

Des produits à dates courtes 100% détectés

Concrètement comment ça marche ? Lors de la mise en place du système, le rayon est “photographié” informatiquement et les données sont recensées dans un outil de contrôle. Cette photographie permet de géolocaliser les produits et les dates dans les rayons.

Le système permet aux employés de recevoir chaque jour des alertes guidées vers les produits présentant un risque de date courte : « la visualisation facilite la détection et le contrôle se fait de manière localisé en linéaires », indique la start-up qui ajoute que «le système se modifie très facilement en cas de réimplantation ».

« La solution Easyturn est pensée pour être autonome », s’enthousiasme d’ailleurs son co-fondateur. La détection de ces dates courtes se veut indépendante à chaque rayon. Chacun bénéficie de son propre paramétrage. Des outils statistiques complètent également le système permettant aux chefs de rayons d’analyser efficacement les performances du rayon.