Avoir le décès d’une des caissières fin mars au sein de l’Hypemarché, le Carrefour de Saint-Denis est à nouveau endeuillé après la mort d’un agent d’entretien. Âgé de 62 ans, Tahar Azlout est décédé après avoir été contaminé par le Covid-19.

En deuxième ligne de cette crise sanitaire qui traverse le pays, la grande distribution est à nouveau endeuillé. Cette fois, c’est un autre professionnel de l’ombre, un agent d’entretien de 62 ans qui a succombé au virus.

L’homme de 62 ans est décédé le 16 avril nous apprend Le Parisien. L’homme était père et grand-père et travaillant dans le magasin qui a été endeuillé quelques semaines plus tôt par la mort d’Aïcha Issadounène, une caissière de l’enseigne. Tahar Azlout travaillait pour une société prestataire chargée du nettoyage de l’hypermarché. Il avait stoppé le travail le 28 mars derniers.

Le département des Seine-Saint-Denis est un des plus pauvres de France. Des milliers ont été recensés. Le département subit une surmortalité dû en partie par le manque de moyen et la précarité de la population.

Lire aussi : 5 décès et déjà plus d’un millier de contaminés, la grande distribution craint le pire

Le Carrefour de Saint-Denis déjà touché deux fois

Le centre commercial subit donc son deuxième décès depuis le début de l’épidémie en France. Une situation qui pousse l’enseigne de répéter les mesures qui ont été mises en place pour garantir la sécurité des salariés. Carrefour appelle également au respect strict des gestes barrières pour limiter la propagation.

« Il y a pas mal d’absents depuis son décès, même si beaucoup de choses ont été mises en place pour notre sécurité » assure une salariée.

La grande distribution comptabilise plusieurs déjà décès

Les syndicats ont déjà annoncé plus de 10 décès et enregistré plus de 1000 contaminations auprès de ces professionnels. « Nous constatons que beaucoup d’enseignes de la grande distribution, (…) ne respectent pas les règles sanitaires, mettant en danger les salariés et le public avec qui ils sont en contact au quotidien » déplorait déjà la CGT.

De nombreuses voix s’élevaient pour réclamer une amélioration rapide des conditions de travail des employés de la grande distribution. Fortement exposés, même si les gestes barrières sont respectés entre collègues, beaucoup expliquaient le laisser-aller des clients et le relâchement de ces derniers.

Lire aussi : Le rôle essentiel des métiers de la grande distribution en cas de crise majeure

Une grande distribution de masque dès le 4 avril

Pour préparer la période de déconfinement et pour continuer à protéger les salariés fortement exposés à la contamination du Covid-19, le gouvernement prévoit une première distribution de masques destinés au grand public. La date de 4 mai a été évoqué.

Ces masques seront notamment distribués auprès des pharmacies, des mairies, des bars-tabacs et des enseignes de la grande distribution. « L’État contribuera à doter en masques grand public les citoyens dès que possible par les canaux de distribution les mieux adaptés. De premières expérimentations seront faites à partir du 4 mai » a notamment expliqué la secrétaire d’État à l’économie Agnès Pannier-Runacher.