Les professionnels de la grande distribution ont la vie dure suite aux mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid 19, nom donné au coronarvirus. On parle souvent des consommateurs, mais on parle assez peu des professionnels de la grande distribution. Ces derniers sont très exposés.

Suite à l’annonce du gouvernement qui a décidé de laisser ouverts les commerces alimentaires, les salariés vont continuer à être très exposés.

Bruno Le Maire a indiqué dimanche qu’un guide de bonnes pratiques sera édité dans la journée à destination des professionnels de la grande distribution.

Gants obligatoires, gel hydroalcoolique et désinfection régulière du poste de travail

En ligne de mire et peut-être parmi les plus exposées, les hôtesses de caisse fréquentent en effet chaque jour des centaines de clients.

Plusieurs mesures sont déjà prises dans les magasins pour assurer la protection des professionnels. “En caisse et à l’accueil on doit désinfecter toutes les 30 minutes” explique une d’elles en ajoutant que “nos mains sont dans un triste état en fin de journée”.

Le port des gants semble être la mesure la plus appliquer :’ “nous devons porter des gants et les changer toutes les 2 heures” explique une des hôtesses de caisse.

“Pour mon équipe en caisse, nous devons porter des gants et mettre du gel hydroalcoolique.” explique Justine tout en précisant que “nous devons désinfecter régulièrement nos écrans et nos scans”. À partir du stade 3, les hôtesses de caisse devront limiter “les paiements en espèces afin de privilégier les scans à distance pour les cartes de fidélité”. En vérité, il n’y aura pas non plus de solutions miracles pour les limiter.

En plus des communications indiquant le port de gant, de l’utilisation régulière de gel hydroalcoolique et de la désinfection du poste de travail, “nous avons aussi des restrictions de contacts” explique Aurélie.

Lire aussi : Par crainte du coronavirus, les rayons de la grande distribution continuent de se vider à grande vitesse

Limiter les paiements en espèces

Des supermarchés européens sont allés jusqu’à demander à leurs clients d’éviter le paiement en espèces pour limiter la propagation coronavirus. Les pièces et les billets sont invités à rester dans les porte-monnaie au profit de la carte bancaire.

« Lorsque les caissiers prennent de l’argent aux clients, ils se touchent souvent et sont plus susceptibles de contracter le virus« , explique De Telegraph un quotidien néerlandais, qui précise que les clients des rayons sont invités à « laisser l’argent sur le comptoir » pour éviter tout contact avec les professionnels du magasin

En France, aucune mesure n’est encore prévue. La banque centrale a précisé que “jusqu’à présent, il n’existe aucune preuve que le coronavirus ait été propagé par les billets de banque en euros”.

Cette semaine, le ministère de la Santé indiquait “le risque d’être infecté par le covid-19 en touchant des pièces de monnaie, billets de banque ou cartes de crédit, est très faible”.

Faire de la pédagogie auprès des clients

Exposées face aux clients, elles ont aussi un rôle pédagogique pour rassurer les clients du magasin emparés par la psychose. Les remarques sont nombreuses.

“Les consommateurs sont irrespectueux envers nous, et nous on doit se montrer irréprochables” insiste l’une d’elles. “Certaines de mes collègues ont fait des heures à rallonge ces derniers jours. Les clients ne comprennent que nous aussi nous sommes fatigués et que nous aussi nous sommes exposées au danger”. Les hôtesses de caisse doivent aussi faire preuve de patience.

Un quotidien impacté et de nouvelles organisations à prévoir

Depuis les mesures, les professionnels sont encore un peu dans le flou. Si certains magasins ont déjà des mesures pour lundi, certains vont revoir leur organisation (ndlr : certains magasins proposent aux employés de remplir les rayons entre 2h et 8h du matin afin d’éviter les contacts avec la clientèle.

“Personnellement je vais faire valoir mon droit de retrait, avec un bébé à la maison impossible de prendre de risque” explique Sandra.