fbpx
Actualité

Vers la fin de la destruction des invendus non alimentaires au sein de la grande distribution

Le gaspillage est-il en voie de disparition au sein de la grande distribution ? C’est en tout cas une forte volonté du gouvernement d’interdire de plus en plus cette pratique.

Un signal fort vient d’être envoyé hier avec un projet de loi obligeant la grande distribution à distribuer ses invendus. Cette fois, la loi concerne les produits non alimentaires tels que les vêtements, l’électroménager, les produits d’hygiène ou de beauté.

Cette mesure forte sera mis en place au maximum dans les 4 prochaines années. Il s’agira d’une première mondiale avoue le chef du gouvernement Édouard Philippe. Cette loi fait figure d’un projet global favorisant l’économie circulaire. Un projet qui sera présenté au mois de Juillet.

Ce qui va changer

Habituellement, les magasins et les importateurs avaient pour habitude de détruire ou jeter les produits qui n’étaient plus destinés à la vente. Pour plusieurs raisons, ces produits sortaient des stocks pour être détruit.

Dorénavant, le gouvernement souhaite obliger les enseignes à donner ou recycler ces produits, dont certains sont encore utilisables. Le gouvernement incite notamment à les réemployer via des dons à des associations, ne serait-ce que pour récupérer les pièces en état de marche et les réutiliser pour la fabrication de nouveaux produits.

600 millions d’euros de produits non alimentaires sont jetés ou détruit chaque année

Lire aussi : Morrisons, 1ère chaîne supermarché à interdire de ses rayons les emballages en plastique de ses fruits et légumes

L’exemple Amazon qui avait fait scandale

Un reportage de Capital sur M6 mettait à jour les pratiques du géant américain. Ce dernier détruisait littéralement des produits, certains neufs, pour rien. Des destructions qui concerneraient plus de 3 millions de d’articles en 2018.

Lire aussi : La grande distribution prête à prendre ses responsabilités dans le gaspillage alimentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.