À quoi ressemblera l’employé 2.0 en grande distribution ? Au Japon, l’enseigne FamilySmart initie un robot capable de reproduire les gestes des employés de la grande distribution chargés de la mise en rayon.

La robotique a sa place dans le vaste de la grande distribution. Très développés déjà dans les métiers de la logistique, les usages au sein des magasins sont encore peu nombreux. On trouve déjà des robots dans certains rayons pour effectuer les inventaires de ruptures, d’autres pour nettoyer en toute autonomie les points de vente et même des robots capables de supprimer les allers-retours des rayons vers la balle à carton.

Au Japon, une enseigne teste depuis le mois d’août un robot, mis au point par la start-up japonaise Telexistence permet d’automatiser la mise en rayon de certains produits, notamment les produits légers comme les sandwichs, les boissons (faut pas trop lui demander non plus). En cours de test, l’enseigne envisage un déploiement au sein de 20 de ses magasins. 

Un robot entraîné aux gestes de la mise en rayon

Le robot n’est pas encore pleinement au point. Pour gagner en précision, il est encore piloté à distance par un être humain qui, de l’autre côté d’un casque à réalité virtuelle, l’entraîne à adopter les bons gestes. 

Le robot, baptisé T, reprend la morphologie d’un individu. Il est composé de deux bras et de mains à trois doigts pour assurer l’approvisionnement des rayons.

En cours d’apprentissage, le robot doit encore gagner en vitesse. L’intelligence artificielle dont il est doté devrait lui permettre d’obtenir plus de réactivité dans ses mouvements. Il lui faudra encore quelques années avant qu’il soit capable de remplacer pleinement un individu.

L’automatisation des tâches en grande distribution, un sujet complexe

Le sujet de l’automatisation en grande distribution est un sujet sensible. Pour les magasins, faire appel aux efforts des robots permet de déployer du temps sur d’autres tâches maximisant l’expérience client en magasin (accueil et réponses aux questions des clients notamment). La robotique vise d’abord à supprimer les tâches pénibles.

Au Japon, le pays est reconnu pour ses nombreuses avancées en la matière. Le pays souffre notamment d’un vieillissement de la population qui rend plus complexe le recrutement d’employés pour ses métiers. La robotique pourrait être une réponse. De là à les voir arriver en France, il faudra attendre encore un peu.