Et si la crise sanitaire était l’occasion pour le secteur de la grande distribution de réfléchir à une stratégie RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Face aux nouveaux modes de consommation et aux nouvelles habitudes des consommateurs, le secteur se doit de trouver un nouveau souffle pour garantir sa pérennité.

Il est loin le temps du tout-sous-le-même-toit, le temps de cette consommation de masse où les consommateurs juraient fidélité et confiance les yeux fermés à une enseigne. La crise sanitaire liée au coronavirus a été le corollaire d’une réflexion déjà amorcée : celle d’un secteur traditionnel qui doit apprendre à se réinventer et à imaginer de nouveaux modèles économiques.

C’est quoi la RSE en grande distribution

La grande distribution innove. Entre de vastes opérations de communication et des actions locales, la RSE convainc petit à petit les dirigeants du secteur. Des actions concrètes, souvent marginales, sont menées au sein des magasins. Ces pratiques émergent et donnent des idées aux chefs d’entreprises que sont les patrons des enseignes indépendantes. Des dynamiques se construisent, mais les niveaux de prise de conscience sont encore aléatoires.

Derrière l’acronyme, la RSE, Responsabilité Sociétale des Entreprises, est un levier d’optimisation économique d’une entreprise. Elles regroupent des actions menées dans trois domaines : économique, environnemental et social.

Si l’acronyme ne parle pas encore à tous, ses enjeux sont pourtant bien connus. Parmi les combats menés, on retrouve en tête de ligne la gestion des déchets et le gaspillage alimentaire. Porté par la loi Garot en 2016, le gaspillage alimentaire est devenu un combat obligeant les magasins à ne plus jeter de marchandise encore consommable.

Lire aussi : Comment les professionnels de la grande distribution luttent au quotidien contre le gaspillage alimentaire

Outre le gaspillage alimentaire, d’autres actions sont menées : la gestion de l’énergie, la gestion de l’eau, la mobilité durable, la consommation responsable, l’économie circulaire et collaborative, la biodiversité, la sensibilisation des collaborateurs et des clients.

Derrière ces thématiques se cachent des actions concrètes, souvent menées de longue date par des chefs d’entreprise localement. Sans savoir réellement qu’il s’agisse d’actions liées à la RSE, nombreux sont les magasins à agir en soutien à cette démarche.

Voici une liste non exhaustive de solutions mises en place :

  • Eco-conception des bâtiments
  • Installation de panneaux solaires thermiques
  • Lutte contre le gaspillage alimentaire
  • Dispositifs de consignes en verre
  • Système de compostage des déchets organiques
  • Système de recyclage du plastique
  • Suivi des consommations d’eau
  • Optimisation des déplacements des collaborateurs et des clients
  • Service de covoiturage entre salariés
  • Service de livraison collaborative
  • Promotion de l’usage du vélo
  • Vente de produits en vrac
  • Partenariats responsables avec des producteurs locaux
  • Végétalisation des toitures
  • Installation de ruches

Nous avons d’ailleurs sollicité plusieurs décideurs pour identifier les actions concrètes mises en place pour mieux comprendre les enjeux liés à la RSE. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le secteur est bel et bien en mouvement pour répondre à ces nouvelles problématiques.

De la nécessité de paraître comme une enseigne responsable

Pendant des années, les enseignes de la grande distribution se sont livrés à une guerre des prix afin de bénéficier de la meilleure attractivité auprès des consommateurs. Sauf que cette guerre des prix ne suffit plus pour attirer les nouveaux consommateurs.

Consommation responsable et nouveaux enjeux, c’est dans ce contexte qu’Aldi communique dans une campagne étonnante pour répondre à ces nouvelles attentes. Système U joue la même carte en démontrant son ancrage local et ses actions pour soutenir les territoires. 

Les enseignes cherchent ainsi à véhiculer une image en prouvant leurs valeurs et démontrant l’engagement. L’enjeu est de taille pour le secteur. Il s’agit notamment d’en obtenir un avantage concurrentiel et dimpliquer directement les consommateurs dans leurs démarches.

Une révolution imprégnée par les nouvelles habitudes des consommateurs

Le consommateur change sa façon de consommer. La crise sanitaire liée au coronavirus a d’ailleurs amplifié de nouvelles formes de consommation et mis en avant de nouveaux circuits de distribution. Ces changements viennent compromettre les concepts d’antan qui ont fait le succès du secteur.

Le secteur peine encore à aborder cette mutation naissante. Changer fait frémir les acteurs du secteur, eux-même qui ont bâti le socle d’un modèle bien ancré sur le territoire. Le changement apparaît en définitive inévitable.

Et pourtant, une compatibilité Image-Prix + RSE a apparaît de plus en plus réelle. À l’avenir, une enseigne qui communique sur son image responsable et qui met en avant les actions pour témoigner de son engagement et de ses valeurs aux consommateurs s’offre un avantage concurrentiel à terme.

Lire aussi : Voici 7 tendances majeures auxquels il faudra s’attendre après la fin du Covid-19

Nouvelle consommation, nouvelle communication : le faire et le faire-savoir

Mener des actions et le faire savoir aux consommateurs sont des sujets qui impliquent les magasins à l’échelle locale. L’enjeu est de taille !

Sur les réseaux sociaux, les pratiques historiques consistent à dupliquer les catalogues print et à communiquer des offres en partageant des visuels sur Facebook, Instagram, Twitter et consorts. Les réseaux sociaux sont des canaux de communication oui, mais dans un but d’informer et de divertir. User ces plateformes pour diffuser des offres commerciales s’avère contre-productif pour s’attirer de la visibilité.

La dynamique future consiste à intégrer la RSE dans la stratégie de communication des enseignes à l’échelle locale. Cette stratégie éditoriale revêt des enjeux à moyen terme : celui de fidéliser la clientèle existante, faire de la pédagogie auprès des consommateurs, éduquer sur les bonnes pratiques à mener, etc. 

Exemple ci-dessous avec un de nos clients.

https://www.instagram.com/p/B_DjhSiH0Uh/

.

En ce sens, les réseaux sociaux deviennent des canaux de communication incontournable pour préparer la communication de demain. À condition d’en connaître les codes et les exigences de celles-ci.

Lire aussi : Le jour où le digital remplacera le prospectus