C’était un point redouté au sein du secteur. Après un afflux important de clients ces derniers jours dans les magasins suite au confinement lié au coronavirus, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire redoutent des manques d’effectifs au sein de la grande distribution.

Les magasins continuent à être approvisionnés. Sauf que, par manque de personnel, les rayons risquent d’avoir plus de mal à se remplir. En effet, craignant pour leur santé, les professionnels de la grande distribution commencent à réclamer davantage de sécurité.

La chaîne logistique fonctionne encore très bien et la grande distribution assure des livraisons vers ses magasins. « Il n’y a pas de problème d’approvisionnement aujourd’hui dans le réseau de la grande distribution » a déclaré le ministre.

« La tension aujourd’hui, elle est sur deux points très précis : les salariés dans la grande distribution et chez les transporteurs » a précisé Bruno Le Maire en sortie du conseil des ministres. 

Le ministre a toutefois tenu à reconnaître le travail des professionnels qui participent à la chaîne logistique : « aux salariés des grands magasins, aux salariés de la grande distribution, aux caissiers, aux caissières, aux transporteurs, aux routiers, à tous les salariés de l’agroalimentaire ».

« Il commence à y avoir une tension dans un certain nombre de supermarchés, dans un certain nombre de commerces, en matière de salariés »

Le retour au calme dans les magasins, les drives tournent à plein régime

En magasin, la ruée vers les magasins s’est quelque peu calmé. Plusieurs salariés témoignent d’un retour à la normale, voire même très calme dans les allées des supermarchés : “C’est presque désertique” annonce même un des membres de la communauté.

D’autres magasins confirment cette tendance : “Nous sommes passés de la tempête au calme. Nous n’avons plus aucun contact client et nous envisageons du chômage technique si ça reste calme” témoigne un responsable. “Nos clients sont principalement des médecins et des infirmières” indique même un autre employé.

En revanche, les drives continuent à tourner à plein régime. Les consommateurs se reposent sur le e-commerce pour compléter les achats réalisés ces derniers jours. “Pour nous en drive, c’est toujours très chargé. Les premières plaintes de salariés face au virus arrivent. Nos équipes accusent aussi la fatigue de ces derniers jours” commente un responsable de drive.