La lutte contre le gaspillage alimentaire fait partie des combats les plus menés au sein de la grande distribution alimentaire. Dans le monde, un tiers de la nourriture produite est jeté. Une aberration sociale et environnementale que la grande distribution tente de réduire.

De nombreuses actions sont ainsi menées auprès des enseignes indépendantes et des enseignes intégrées. Lidl a mis en place des cagettes à 1 euro pour éviter des produits encore consommables d’être jeté à la poubelle. Et ça marche !

Si des solutions comme Phenix, Too Good To Go ou encore Zéro Gâchis accompagnent les magasins dans cette démarche environnementale, depuis quelque temps, le hard-discounter Lidl a lui-même mis en place sa propre démarche.

Ce service a d’abord été lancé en Belgique avant que peu à peu le marché français intègre démarche. Lidl précise notamment qu’un responsable fraîcheur contrôle chaque jour la qualité des produits. Les produits mis à la vente à des prix imbattables ont notamment une date de péremption proche. Les produits aux emballages détériorés sont aussi concernés. 

Pour participer à notre grande enquête sur les innovations environnementales, c’est ici.

Des cagettes de fruits et légumes à 1 euro

Depuis plus de 3 ans maintenant, l’ensemble des magasins Lidl en France mettent à disposition, pour seulement 1 €, des fruits et des légumes défraîchis mais toujours consommables. 

« Quand un fruit ou un légume emballé en filet n’est plus bon, on récolte la partie bonne du filet », nous explique Sylvie, salarié dans un Lidl. « Ces produits sont ensuite rassemblées dans des petites caisses de 3 kg et vendus seulement 1 € la caisse ».

Les cagettes partent toutes très rapidement et profitent à une clientèle souvent venue aux premières heures.

La démarche est similaire pour d’autres produits :  ainsi, « au lieu de jeter la viande à date du jour, on la revend 50 centimes c’est le cas également pour les tartes et les salades emballées ».

Chez Lidl nous vendons la VVP et le frais en date du jour à 0,20€ 0,50€ et 1€ et chaque jour nous donnons aux restos du cœur des cagettes de fruits et légumes, et parfois même du pain et des à côtés (chocolats de Pâques cassés, produits d’hygiène classés en perte..) complète Ludivine.

Une initiative également solidaire

La démarche est responsable puisque avant « il suffisait qu’un seul fruit ou un légume soit pour jeter l’ensemble de l’emballage, alors même les fruits et légumes voisins du filet étaient encore consommables ».

« Tous les fonds récoltés sont ensuite reversés à des associations » termine Sylvie. L’enseigne indique qu’elle a déjà reversé plus de 4,8 millions d’euros depuis 2016.