Actualité Emploi

L’automatisation, un mal moderne qui a des conséquences sur l’emploi en grande distribution

Le nouveau magasin automatique, signé Auchan près de Lille, annonce une tendance qui se généralise au sein du secteur. Les enseignes se réinventent pour faire rentrer en masse la technologie dans les magasins. Une menace au détriment de l’emploi ?

Pointées du doigt, les caisses automatiques ont fait leur apparition au début des années 2010 au sein du secteur de la grande distribution. La pratique, si elle a opposé bon nombre de critiques, s’est pourtant généralisée. Cette arrivée massive sur les points de vente avait plusieurs objectifs :

  • fluidifier le passage pour les petits paniers : le principe étant simple, le client passe lui-même ses produits et paie sans l’aide d’un vendeur. En général, un employé est chargé d’assurer l’assistance pour 4 à 8 caisses automatiques en même temps.
  • faciliter le passage en caisse pour les gros achats : le client prend lui-même un scanne à l’entrée du magasin et enregistre les produits à mesure qu’il les sélectionne pour son caddie. Le passage en caisse est plus rapide et des employés sont chargés de vérifier totalement 1 caddie sur 10.

Ces dispositifs de caisses automatiques ont les voient partout : du plus gros hypermarché, au supermarché en campagne et ce pour n’importe quelles enseignes, qu’elles soient alimentaires ou spécialisées. Et ce développement des caisses automatiques n’a pas fait que des heureux. 

Pourquoi un tel essor ?

Côté enseigne, les arguments précisent que ces caisses répondent à une demande des consommateurs, soucieux de réduire leur temps d’attente en caisse. Pour les salariés, ces caisses automatiques permettraient d’améliorer les conditions de travail des salariés et de réduire drastiquement les tâches dîtes répétitives.

L’avantage non avoué des caisses automatiques est d’épargner des tâches fastidieuses et moralement usantes pour les salariés de la grande distribution. Si en soi il est normal d’utiliser les technologies pour supprimer des métiers réputés difficiles, il a aussi pour conséquence la suppression progressive des métiers de vendeurs et d’hôte/hôtesse de caisse. Faut-il s’en plaindre ?

Mais il y a un double objectif non avoué. Celui de :

  1. Réduire la masse salariale en supprimant des postes
  2. Maximiser les bénéfices en augmentant la productivité des salariés, notamment dans la gestion des pics d’affluence

Une conséquence sur le moral des équipes

L’automatisation est une réelle menace qui pèse sur la grande distribution. Et cette arrivée massive sur les points de vente est un mal nouveau en grande distribution. Elles ont des conséquences sur le moral des salariés qui voient leur avenir teinté de pessimisme. 

S’il y aura toujours des magasins alimentaires et s’il sera toujours difficile d’automatiser un magasin à 100%, les effectifs ignorent le sort de leur fonction. Certains voient même leurs conditions de travail se dégrader. Les métiers concernés par ces changements sont nombreux : l’approvisionnement, le nettoyage, la sécurité, etc.