Rencontre au Super U à Brest qui a mis en place des actions pour valoriser les invendus alimentaires. Stickage, dons et paniers sur l’application Phenix dans les rayons métiers ont permis de sauver 48 000 repas en 18 mois. Explications.

Le gaspillage alimentaire devient l’affaire de tous les dirigeants de la grande distribution. En seulement quelques années, portés notamment par la Loi Garot, les magasins mobilisent les équipes pour entreprendre des actions en magasin. C’est ce qu’on a voulu vérifier avec Cathie Sommier, directrice du Super U de Keredern à Brest depuis un an et demi.

Le Super U de Keredern, situé au centre de la ville dans le Finistère, est un magasin urbain de 3000 m2. Il emploie plus de 110 personnes. Dans un tissu très concurrentiel d’hypermarchés en périphérie, le magasin affiche malgré tout une bonne dynamique : « notre cible clientèle est très variée », explique la jeune directrice du magasin Cathie Sommier, « nous sommes entourés de personnes âgées, d’université, d’étudiants », poursuit-elle.

Historiquement, le magasin a toujours été pionnier dans la lutte contre le gaspillage alimentaire : « la démarche anti-gaspi était historiquement ancrée dans le magasin », reconnaît la directrice. Ventes de produits à dates courtes dans des espaces dédiés, dons associatifs, dons aux animaux, le magasin a toujours répondu présent pour valoriser ses invendus alimentaires.

« Nous avons réduit de 20% les pertes sèches au sein du rayon marée grâce aux paniers anti-gaspi Phenix », Cathie Sommier, directrice Super U Keredern

Comment valoriser les invendus des rayons traditionnels…

Néanmoins, ces initiatives entreprises jusqu’à présent par le magasin « n’étaient pas suffisantes », explique Cathie Sommier : « il fallait aller plus loin dans nos actions. Il nous manquait des solutions pour certains produits, notamment ceux des rayons traditionnels » , insiste-t-elle. En effet, les invendus des rayons métiers ne disposent pas de zone spécifique pour les écouler (ndlr : il n’est pas possible selon la réglementation en vigueur de les donner à des associations).

…grâce aux paniers anti-gaspi

Car là où le magasin se distingue, c’est par la mise en vente de paniers des rayons traditionnels vendus via l’application Phenix. « Depuis quelques mois, le magasin a mis en place des paniers invendus sur les rayons métiers traditionnels », annonce-t-elle. De la boucherie, à la poissonnerie, en passant par la boulangerie-pâtisserie, chaque rayon propose chaque jour un panier spécifique de produits encore consommables, mais autrefois destinés à la poubelle. Cela représente 200 paniers par mois.

Les paniers sont composés de produits à consommer le jour même d’un montant de -50% du prix initial. Ce sont les équipes des rayons eux-mêmes qui se chargent de préparer les paniers rassemblés dans un sac kraft (sécurisés par des agrafes) « en toute autonomie », précise la directrice. Les paniers sont à réserver depuis l’application et sont récupérables directement dans les rayons concernés.

Les équipes ont été formées par Phenix au démarrage. Aujourd’hui chacun sait ce qu’il a à faire au quotidien.

Cathie Sommier, Directrice Super U Keredern

Côté client, la démarche séduit : « nous avons de bons retours. Certains d’entre eux ne venaient pas en magasin », reconnaît Cathie Sommier, « d’autres n’avaient jamais osé venir en rayon métier. Nous leur apportons du conseil. La démarche nous permet de créer du lien, c’est aussi ce qu’on cherche ».

Autre atout pour le magasin, l’application « permet aussi une présence sur le digital et d’aller chercher des clients qui ne sont peut-être pas clients du magasin ».

Sensibiliser les équipes à la valorisation des invendus alimentaires

Cette pratique est nouvelle pour une partie des équipes en grande distribution. Pour accélérer ce changement de mentalité, la directrice du magasin explique notamment à quel point il est nécessaire de sensibiliser les équipes à travers des réunions régulières. “Phenix nous accompagne et assure un suivi régulier. Les salariés sont de plus en plus sensibles à la démarche et la démarche est bien accueillie par les équipes ». 

La gestion des commandes est souvent l’axe central dans cette lutte contre les invendus alimentaires. La directrice rappelle l’importance « de sensibiliser pour mieux commander en amont. Cela se traduit par une meilleure utilisation des logiciels, des formations auprès des équipes ».

« Notre rôle en tant que manager est aussi d’inculquer de nouvelles manières de consommer, de penser », ajoute-t-elle en faisant notamment allusion aux anciennes pratiques imposées par la consommation de masse.

« C’est important également d’expliquer aux équipes que la démarche ne vise pas à faire du chiffre d’affaires, mais plutôt pour répondre à l’image du magasin et témoigner de notre sensibilité à la démarche anti-gaspi ».

Une démarche pour des résultats rapides : 48 000 repas sauvés en 18 mois

Stickage des produits, don à des associations, mise en place de paniers dans les rayons métiers, sensibilisation des équipes… La démarche est complète.

Côté chiffres, les résultats sont là. L’ensemble des actions mises en place avec Phenix ont conduit le magasin à mieux valoriser la casse : « on est passé de 50% en juillet 2019 à 70% en octobre 2020 », des chiffres très encourageants en seulement quelques mois pour des produits auparavant destinés à la benne.

Point notable, la simple mise en place de ces paniers a permis de réduire les pertes sèches du rayon de 20% sur le rayon poissonnerie.

Depuis août 2019, 48 000 repas ont été sauvés, contre 6000 par an auparavant, soit une estimation non négligeable d’une baisse de près de 3000€ de coûts de traitement des déchets.

Le magasin n’entend évidemment pas s’arrêter là : « nous sommes sensibles à cette démarche et nous avons envie d’aller encore plus loin dans les mois qui viennent, avec la volonté de procéder par étape ». La directrice finit par insister sur le rôle clé d’impliquer les équipes, l’engagement des managers et le suivi régulier des équipes de Phenix qui accompagne le magasin dans cette démarche. De quoi donner l’exemple à d’autres magasins de l’enseigne.