Actualité

86% des poissons vendus en grande distribution sont issus d’une pêche « non durable »

Une étude l’UFC Que Choisir révèle que 86% des poissons vendus dans la grande distribution sont issus d’une pêche non-durable. Sont notamment concernés : le bar, le cabillaud et les soles sauvages

C’est donc l’UFC-Que Choisir qui s’est rapproché des rayons traditionnels des supermarchés. Les poissonneries dans le viseur. Sur cette étude, plus de 1000 magasins ont été observé en début d’année 2018. 

L’étude avait plusieurs objectifs :

  • vérifier si certains poissons sauvages étaient vendus avec les mentions obligatoires sur les méthodes et les zones de pêche.
  • constater si certaines espèces avaient été capturées dans des stocks surexploités ou par des méthodes non-durables

Trois espèces de poissons étaient concernées par l’étude :  le cabillaud, le bar et la sole ; trois espèces qui représentent près de 30% des poissons frais sauvages consommés par les Français. Parallèlement ce sont aussi des espèces menacées de surpêche.

Un constat sévère envers les pratiques réalisées

L’étude n’est en effet pas tendre. L’obligation d’afficher un étiquetage aux conditions européennes n’est pas acquise selon eux. 25% des étiquettes seraient illisibles et dans certains magasins totalement absents. De fortes disparités existent entre les enseignes.

Au final, près de 9 poissons sur 10 proposés à la vente ne remplissent pas les critères.

L’étude invite ici la grande distribution à respecter les règles d’étiquetage imposées par l’Union Européenne. C’est aussi une information utile pour le consommateur. Libre à lui ensuite de choisir s’il préfère un poisson pêché au chalut, ou en ligne ou l’hameçon. Le consommateur doit rester maître de son choix.

Et vous qui travaillez dans un rayon traditionnel, avez-vous connaissance de ces règles ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.