Rencontre avec Agathe El Yamani, DRH du Groupe Bourassin Super U / U Express qui nous explique les raisons du succès au Great Place To Work que le magasin a obtenu pour la deuxième année consécutive.

Mi-Janvier, quatre magasins du Groupe Bourassin, dont le Super U de Beaulieu, Super U de Plascassier, U Express de Nice Sainte Marguerite et rue de France à Nice, ont reçu, pour la deuxième année consécutive, une récompense par le label Great to Work pour leur qualité de vie au travail. Un fait rare et notable dans un secteur en quête de reconnaissance.

Une récompense à laquelle Agathe El Yamani, DRH du Groupe Bourassin, a largement contribué. La directrice des Ressources Humaines du Groupe, nous dévoile sa stratégie mise en place pour obtenir cette récompense.

« Les associés Benoît et Clément Bourassin savent depuis le début de cette grande aventure entrepreneuriale, donner une place importante à l’humain dans la vision et la stratégie du Groupe »

Agathe El Yamani, DRH du Groupe Bourassin

Donner de l’importance à l’humain en grande distribution

Sabrina Debabcha : 4 Super U du groupe Bourassin viennent d’être récompensés par le label Great Place to Work pour leur qualité de vie au travail, comment avez-vous accueilli cette décision ?

Agathe El Yamani : C’est d’abord une reconnaissance émanant des collaborateurs, par cette voie, ils nous disent qu’ils sont heureux de travailler dans le groupe, et c’est la plus belle des récompenses.

Nous avons reçu en 2019, cette prestigieuse distinction pour deux des magasins du groupe. Aujourd’hui, c’est un combo, puisque le groupe est certifié dans sa globalité. Cette belle reconnaissance est le fruit d’un travail soutenu autour de la thématique Qualité de Vie au Travail pour lequel nous mobilisons l’ensemble des forces vives de l’entreprise, toute fonction et métier confondu. Il ne s’agit pas seulement d’un sujet RH, il s’agit d’un sujet entreprise, et la voix de chacun des collaborateurs comptent, raison pour laquelle, les salariés se sentent entendus dans l’expression de leur besoin et dans ce qui représentent pour eux, une véritable Qualité de Vie au Travail.

S.B. : Selon vous, quels sont les ingrédients de cette distinction ?

A.E.Y : Principalement, cela passe par la Gouvernance. Une organisation est à l’image de ses fondateurs. Les présidents associés Benoît et Clément Bourassin savent depuis le début de cette grande aventure entrepreneuriale, donner une place importante à l’humain dans la vision et la stratégie du Groupe. Profondément humanistes, et connectés à leur métier par essence qu’est le commerce, ils savent de manière absolument naturelle, proposer une organisation dont les leviers motivationnels Humain sont parfaitement compatibles avec le commerce et le profit. D’ailleurs, en tout état de cause, ils ont véritablement compris que des collaborateurs heureux impactaient très clairement la performance d’une entreprise.

En marge des rituels managériaux stimulant la motivation et la reconnaissance de chacun, ils sont très proches des collaborateurs. Quel que soit la fonction et le métier, ils s’approcheront de chacun pour leur demander « de quoi ils ont besoin ? ».

Je n’insisterai jamais assez sur le fait que chaque voix compte. Nous avons des rituels managériaux pour entendre et récupérer les besoins de chaque collaborateur : les entretiens professionnels, les entretiens d’évaluation, les réunions managers hebdomadaires, les rendez-vous individuels hebdomadaires, la convivialité, nous mettons en place autant que faire se peut, des opportunités d’échanges conviviaux, tout en respectant les mesures barrières du fait de la pandémie de la COVID. À ce titre, la COVID a renforcé la solidarité et l’esprit d’équipe. Nous pouvons admettre que notre stratégie axée sur l’Humain a su traverser cette crise inédite.

« Parfois prendre une petite heure de son temps pour écouter et échanger avec un collaborateur peut radicalement changer sa vie en entreprise »

Agathe El Yamani, DRH du Groupe Bourassin

S.B. : Comment expliquer que la grande distribution soit peu présente quand il s’agit des questions de bien-être au travail ?

A.E.Y :  Je crois qu’il s’agit tout simplement d’un problème de communication. Je ne nie pas que nous pouvons retrouver des lacunes en Qualité de Vie au Travail à certains endroits de la grande distribution. Simplement, cette lacune n’est pas relative à la grande distribution, elle est présente dans n’importe quel secteur d’activité. Un grand nombre de magasins a une démarche Qualité de Vie au Travail, et j’invite les présidents associés de ces magasins à communiquer sur leurs bonnes pratiques managériales. Vous trouverez beaucoup de passionnés dans les métiers, notamment de bouche, vous trouverez plein de collaborateurs avec cette fibre commerce qui se réjouissent tous les matins de retrouver un groupe qui les accompagne dans le rayonnement de ce qui les anime.

S.B. : Quels sont encore les axes d’amélioration pour améliorer encore plus le bien-être des salariés en grande distribution ?

A.E.Y : Il s’agit d’une démarche permanente. Ainsi, et pour ce faire, le groupe a misé sur des profils d’accompagnants en constituant une équipe RH animée par la thématique Qualité de Vie au Travail. Nous sommes une équipe RH de terrain, nous échangeons tous les jours avec les collaborateurs, au même titre que les présidents associés. Le métier RH tel que nous l’envisageons étend son champ d’actions au-delà même des questions juridico-techniques. Et j’invite les acteurs de la grande distribution à entamer cette démarche pour renforcer les RH sur le terrain opérationnel. Et ce, afin de maintenir un lien constant avec les collaborateurs, et de fait, recueillir en permanence les besoins matériels et immatériels. Parfois prendre une petite heure de son temps pour écouter et échanger avec un collaborateur peut radicalement changer sa vie en entreprise.  

S.B. : Pour finir, pouvez nous décrire en quelques mots la Qualité de Vie au Travail au seine de votre magasin ?

A.E.Y : Le point de départ est l’ambiance entre collaborateurs. Et l’humour est l’ingrédient managérial d’une efficacité redoutable. Prendre les sujets au sérieux sans se prendre soi-même au sérieux reste un levier de performance sans précédent. Nous rions ensemble tous les jours malgré les difficultés, et cela renforce nos liens, en plus de cette solidarité originale qui s’inscrit même dans la fibre des Présidents Associés. Et quand je parle de solidarité, je peux assurer que n’importe quel collaborateur en difficulté trouve une voix et une voie de résolution d’abord par notre écoute, puis par des actions solidaires menées pour sortir le collaborateur de ses difficultés (actions matérielles et immatérielles).

Parcours d’Agathe El Yamani : Initialement formée à l’ingénierie aéronautique et spatiale, puis en génie des systèmes industriels, Agathe El Yamani passe l’essentiel de son parcours professionnel dans le pilotage de projet et de programmes dans la Défense et la Sécurité, puis dans le monde de la Télévision Numérique, jusqu’à rejoindre en 2017 le territoire monégasque en qualité de Consultante. En parallèle de cela, elle ouvre son cabinet d’accompagnement en 2014, et se spécialise en 2017 dans le coaching de managers et de dirigeants grâce à une formation effectuée à HEC Paris. En 2019, elle rencontre Clément et Benoît Bourassin qui lui confient des prestations de coaching de collaborateurs Encadrants. En mars 2020, ils lui proposent de les rejoindre en qualité de Directrice des Ressources Humaines du Groupe. Sa principale mission c’est de viser une Qualité de Vie encore importante.

Propos recueillis par Sabrina Debabcha.