La grande distribution est en pleine mutation. Comme beaucoup de secteur d’activité en somme. Dans ce marché en stagnation qui pèse 90 milliards d’euros en France, l’heure est aux interrogations. Pour cause : les nouvelles économies, les changements de comportements des consommateurs, la révolution numérique qui oblige des mastodontes peu agiles à se préparer au commerce de demain et ce avec une grande réactivité. Pas une mince affaire.

Pour certains des gros acteurs de la grande distribution, le temps est à effectuer les comptes. En bas de la ligne, les comptes qui virent au rouge et des rentabilités en suspens. 

Pour les enseignes intégrées que sont Carrefour, Auchan et Géant Casino, le temps est à la recherche d’un nouveau modèle et surtout le temps de donner un nouveau souffle aux hypermarchés, modèle que les Français délaissent aujourd’hui au profit de nouveaux modes de consommation. Les commerces de proximité, les drives, les petites et moyennes surfaces, les marchés, les AMAP sont désormais privilégiés au détriment de ce tout-sous-le-même-toit.

Menace sur l’emploi

Conséquence directe : de 1, des suppressions de postes pour des enseignes qui figurent parmi les plus employeurs en France (360 000 salariés pour Carrefour, 340 000 pour Auchan) ; de 2, des fermetures de magasins prévus (Auchan a notamment mis en vente une vingtaine de magasin en 2019). 

Ces épisodes sont le témoin d’un secteur traditionnel qui souffre. Les chiffres en attestent. Selon la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), les effectifs de la grande distribution ont baissé de 2000 salariés à fin 2018. Il s’agit d’une première de l’Histoire de la grande distribution qui n’avait jamais connu une telle mésaventure.

Toutefois, les enseignes indépendantes, elles, continuent à recruter. Il reste de belles perspectives dans ce secteur. Des opportunités sont à trouver dans ce secteur qui favorise encore l’ascenseur social. Peut-être le dernier secteur en France à le permettre.

Les indépendants gardent le sourire

À côté de cela, les enseignes indépendantes se portent mieux. Plus agile, mieux ancrée sur leur territoire et offrant plus d’autonomie à leurs chefs d’entreprises, Système U, E.Leclerc et Intermarché sont on ne peut plus à la fête.

Ces enseignes pâtissent un peu moins que leur confrères intégrés. Pour preuve : E.Leclerc lorgne sur les magasins mis en vente par Géant Casino. 

Ces trois enseignes règnent davantage sur le secteur et ont largement distancé leurs homologue ces dernières années, avec pour mot d’ordre : prix bas, consommation responsable et recentrage sur l’alimentaire. Des stratégies qui pèsent dans l’acte d’achat des consommateurs.

Attaqué de toute part, toujours est-il que la grande distribution a besoin d’un nouveau souffle. 2020 sera sans doute une année charnière pour ce secteur qui a beaucoup souffert dans cette décennie.