WTF

« Tout a commencé quand j’ai passé mon permis CACES »

Bonjour Roger, Comment vas-tu aujourd’hui ?

Bonjour, je vais très bien. Pour l’instant, je n’ai encore rien cassé.

C’est normal, vous êtes en repos aujourd’hui ?

Bonne déduction en effet. Quoique des fois ça arrive que j’entende parler de moi-même quand je ne suis pas là, à cause d’une palette mal gerbée la veille.

Hélas… Bon, Roger, je voulais vraiment te remercier car tu es souvent sollicité. Qu’est-ce que ça te fait d’avoir toutes ces demandes ?

Oui complètement. En fait, tout a commencé quand j’ai passé mon permis CACES : j’ai tout de suite compris que c’était ma vocation. Je passe beaucoup de temps assis sur le Fenwick. Certains collègues disent que c’est ma deuxième maison. En conséquence, j’ai souvent mes collègues au téléphone qui réclament mon savoir-faire. Souvent ils m’appellent pour une palette difficile d’accès ou réceptionner la livraison. Parfois, je suis demandé en rayon, mais mes collègues n’aiment pas trop quand je les aide : ils disent que je leur fait perdre du temps.

Pourquoi « perdre du temps » ?

Parce qu’on me demande souvent de faire du façing, et franchement je n’aime pas ça. Le pire je crois que c’est le rayon parfumerie. Mes mains sont bien trop grandes et bien peu habiles pour se balader entre les déodorants.

Roger, pourquoi vous prête-t-on cette étonnante maladresse. Savez-vous d’où cela vient ?

C’est difficile à dire. Pour revenir au début des choses, je suis né vraiment au hasard sur un post Facebook qui portait mon nom. Je me souviens que la photo qui circulait affichait un gerbeur penché dans une réserve. C’était très impressionnant mais heureusement personne ne fut blessé ! Depuis cette photo, j’ai plusieurs fois entendu mon nom circuler dans les rayons. Je l’ai même vu écrit sur des palettes. Je crois que malgré moi, je suis devenu célèbre.

Tu as une idée de fois où tu as renversé une palette ?

Oui beaucoup. En fait, au-delà de 1000 j’ai du mal à compter. Je me perds entre les décimales et les virgules.

Le plus étonnant dans tout ça, c’est que tu es partout. On te voit aussi bien en parfumerie, au liquide ou en épicerie. Comment fais-tu ?

C’est ma manière à moi de travailler. J’aime être partout à la fois. J’ai une faculté particulière à me disperser. En fait, je ne sais jamais trop où je suis. Je crois mon esprit est ailleurs.

C’est surprenant ! 

Oui je trouve aussi.

Roger, quel est ton meilleur souvenir en grande distribution ?

Une fois, mon responsable m’a demandé de sortir de ma réserve. J’avais passé ma journée à ranger les palettes. Les bleues avec les bleues et les rouges avec les rouges. J’aime quand c’est aligné en fait. Ce jour donc, jour de canicule, il fallait que j’aide mon collègue au rayon eau, parce que les rayons étaient éclatés. J’ai donc pris le transpalette électrique et une grosse palette que j’avais préalablement dégerbée. J’ai emmené une palette d’eau en rayon pour remplacer celle qui était vide. 

Et ?

Ba voilà, moi quand j’ai une palette d’eau et un transpalette électrique, je suis le plus heureux du monde.

J’ai une dernière question Roger : quel est ton projet professionnel ?

La grande distribution et moi c’est une longue histoire. Pour moi c’est une seconde famille. Je ne me vois pas ailleurs.

Le mot de la fin ?

Merci à tous mes fans pour vos messages de soutien. Cela me fait vraiment chaud au cœur de voir autant d’amour. Roger n’existerait pas sans les réseaux sociaux.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.