fbpx
Actualité

Comment E.Leclerc envahit Paris

Leader du commerce alimentaire en France, l’enseigne née à Landerneau a longtemps mis du temps à s’installer dans la capitale française. Ces derniers mois, en surfant sur les nouveaux codes de consommation et les nouvelles attentes des consommateurs, l’enseigne prépare le terrain pour conquérir les Parisiens.

La capitale devient un Eldorado pour la grande distribution. Les nouveaux modes de consommation des français davantage résolu au commerce de proximité ont donné des idées à l’enseigne leader de la grande distribution qui détenait 21% de parts de marché en 2018. La capitale parisienne rassemble une manne de consommateur de plus de 2 millions de personnes avec un pouvoir d’achat important.

Historiquement, l’enseigne, pourtant présente sur l’ensemble du territoire français, était absente de Paris, là où Carrefour et Casino ont une bonne longueur d’avance. Un des rares magasins E.Leclerc était un supermarché ouvert le 21 avril 2016. E.Leclerc a décidé de changer et s’en donne les moyens ! L’enseigne en fait même une priorité pour les années qui viennent.

« Paris est une ville chère et la question du pouvoir d’achat y est très importante, on le voit dans le cadre du grand débat. Nous ne sommes pas un service social mais nous arrivons avec une promesse de prix Leclerc qui va intéresser le consommateur. Michel-Edouard Leclerc

Un axe stratégique de l’enseigne

Priorité de l’enseigne, les Relais Leclerc qui sont des drives piétons vont fleurir dans le paysage parisien. Le concept de ces drives consiste à commander en ligne sur le site Leclerc Chez Moi et d’aller récupérer ses courses au point de relai : il s’agit d’une version piéton des drives qu’on retrouve aujourd’hui partout en province.

Toutefois, le service est encore au balbutiement. Leclerc est ambitieux sur ce nouveau format qui devrait séduire la capitale. L’enseigne prévoit une préparation de la commande 3 heures après la validation du client sur le site.

Le service compte pour le moment 13 500 références et prévoit de l’étendre à 15 000 d’ici quelques mois. Parmi les références proposées, on retrouve l’alimentaire, la parapharmacie, des produits culturels et également du multimédia. Michel-Edouard Leclerc explique que l’enseigne appliquera « les prix Leclerc » qui seront « 20 à 30% moins cher que les services de livraison ».  Ces tarifs compétitifs sont suffisamment ambitieux pour lever le frein du grand public pour l’adoption de ce service. Aussi, la livraison sera gratuite dès 150 euros d’achats.

Un service généralisée dans la capitale

L’enseigne a déjà ouvert 2 relais mais elle compte en ouvrir 3 ou 4 par arrondissement à terme. Ce qui représentera, avec le parc en province, entre 100 et 200 points de ce type en France. L’ambition en terme de chiffre d’affaires est forte car ces relais pourrait représenter en 2019 l’équivalent des ventes d’un hypermarché et l’équivalent de 4 à 5 d’ici 3 ans.

L’enseigne réalise un pas de plus pour s’introduire dans la capitale. Si les chiffres de Carrefour et Casino sont encore loin d’être atteint (isl représentent tout de même 80% du marché à Paris), Leclerc rattrape son retard historique et ça devrait durer.