Actualité

À compter du 1er février, de nombreux produits alimentaires vont voir leur prix augmenter

Plusieurs produits alimentaires vont voir leurs tarifs augmenter à partir de ce vendredi. La raison : la loi alimentation votée en novembre dernier qui entre en vigueur de 1er février. Mauvaise surprise pour les consommateurs donc.

Cette hausse apparaît comme une surprise et surtout dans contexte post-mouvement des gilets jaunes qui revendiquait une baisse de leur pouvoir d’achat.

Cette Loi Alimentation qui a été voté en novembre dernier, avant donc le début du mouvement des gilets jaunes, vient briser le rêve de voir leur pouvoir d’achat augmenter. Ce serait presque peine perdue. Ce texte vise à mieux rémunérer les producteurs et agriculteurs. Cela prend en compte les coûts de production, au risque néanmoins de réduire les marges des distributeurs.

Sauf que, d’un autre côté, la grande distribution voit son seuil de revente à perte fixé à 10% sur les produits alimentaires ou sur les produits pour animaux. Elle a ainsi l’obligation de faire 10% de marge sur de nombreux articles. De nombreux produits d’appel, tel que le Nutella, avait des marges inférieures à ces 10%.

De nombreux produits sont concernés

Et non des moindres ! Ces différentes hausse de prix vient impacter des produits qui avaient  des marges relativement faibles.
Cette augmentation concerne de nombreux produits.

Les augmentations sont parfois au-delà des 8%. À titre d’exemple selon une enseigne, les produits concernés sont :

  • le pot de Nutella
  • le lait pour enfant Guigoz
  • les yaourts Danone
  • les petits pois carottes Cassegrain
  • L’eau minérale Evian
  • les chocapic de Nestlé
  • le paquet de pain au lait Pasquier

Liste complète sur Le Parisien

La colère des consommateurs se fait déjà entendre

Les magasins anticipent déjà la colère des clients. Interrogé par Le Parisien, un distributeur annonce d’ores-et-déjà qu’il y aura une redistribution de gains à travers de nouveaux avantages sur la carte de fidélité ou la baisse de prix sur certains produits estampillés marque de distributeur.

À la colère des consommateurs, s’est ajouté également la colère du patron des centre E.Leclerc affirmant que « personne n’est capable d’expliquer par quel mécanisme de ruissellement cet argent, supposé gagné par les distributeurs ira chez les éleveurs ».

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.