Mercredi 12, les producteurs ont remporté une 1ère manche importante face à la grande distribution. En effet, le gouvernement a adopté une ordonnance censé endiguer la guerre des prix qui règne entre les enseignes. Elle vise les grandes surfaces.

Cela entre dans le cadre de la Loi Alimentation qui sera présentée le 31 janvier en conseil des ministres. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a présenté les grandes préceptes de la loi. La démarche est claire : mieux encadrer les promotions dans la grande distribution et notamment les limiter à hauteur d’un tiers de leur valeur totale. 

L’objectif de cette loi est explicite : celle de revenir au « juste prix » et de gagner en transparence envers le consommateur.

Une nouvelle ordonnance

Cette nouvelle ordonnance prévoit trois étapes

Dès le début d’année 2019, les promotions sur les produits alimentaires ne pourront plus dépasser 34 % du prix de vente consommateur. Ainsi, cela met fin aux promotions du type « un acheté, un gratuit ». Celles-ci seront désormais strictement interdites. Nous pourrions toutefois voir des promotions du type « deux achetés, un gratuit ». 

Début février,  il sera proscrit de revendre un produit alimentaire à moins de 10% du prix auquel il a été acheté

Pour finir, dès début mars, le volume d’achat global des promotions sera limité à 25 % du chiffre d’affaires ou du volume prévisionnel d’achat entre le fournisseur et le distributeur.

Tensions dans les relations industriels vs distributeurs

Le gouvernement remet ainsi la pression sur les relations entre l’industrie agroalimentaire et la grande distributionReste à savoir désormais comment les enseignes vont s’adapter à ces nouvelles exigences.

Ces relations sont monnaie courante au sein du secteur. Chaque année, janvier et février sont des mois pleins pour les industriels qui négocient leur visibilité dans les magasins. L’événement est important.